filter Overview

filter Normal View

left 2016

  • 2009
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013
  • 2014
  • 2015
  • 2016
  • 2017
  • 2018
  • Clear

1m3, Du Cinématique, Lausanne, Schwitzerland

close
Location

45 avenue de la harpe
1007 Lausanne
Suisse

Curated ByJeanne Graff
DurationFebruary 3, 2011 - March 18, 2011
artworks
  • Paysage avec poussin et témoins oculaires (version IV), 2011
  • Figures, 2011

Strate I 
«Mouvement est approche autant qu’écart, approche avec réserve, écart avec désir. Il suppose un contact, mais il le suppose interrompu, si ce n’est brisé, perdu, impossible jusqu’au bout.» Georges Didi-Huberman.

Le vertige de la moraine se base sur la mécanique de la sédimentation comme principe d’agencement. La moraine est une forme constituée de deux mouvements; les gravats déposés par le glacier, puis arrachés de la montagne quand celui-ci se retire. Une circulation rythmée de pauses, ou d’arrêts sur image..
Toute mise en espace est acte d’énonciation. Isabelle Cornaro classe les objets pour les nommer, selon leur appartenance à une catégorie. Ici, des objets trouvés, fragments de mécaniques et moules. L’idée de l’objet; et le vertige provoqué par son énumération infinie.
La temporalité est fragmentée et circulaire, point de vue frontal, puis circulation dans l’espace, enfin circulation entre les catégories d’objets. Le temps de la vision et le temps de l’expérience. Ces retournements du point de vue provoquent un effet de dédoublement, de mise à distance, visant à saisir l’allant de soi.

Strate I 
«Movement is all approach as gap, approach with caution, away with desire. It assumes a contact, but it supposes interrupted, if not broken, lost, impossible to the end.» Georges Didi-Huberman.

Le vertige de la moraine is based on the mechanical device of sedimentation as an arrangement principle. Moraine is a shape consisting of two movements; rubble deposited by the glacier, then torn from the mountain when he retires. A circulation regulated by rhythms with pauses, or frozen frames.
Any staging is an act of enunciation. Isabelle Cornaro classes objects to name them depending on the category they belong. Here, found objects, mechanical fragments and molds. The idea of the object, and dizziness caused by his infinite enumeration.
Temporality is fragmented and circular, frontal viewpoint, movement in space, then movement between categories of objects. The time of the vision and the time of the experiment. These reversals of perspective causes a doubling effect, distancing, to capture the self-evident.

 

Jeanne Graff